Logo de l’APSSII (association de patients souffrant du syndrome intestin irritable) ou colopathie fonctionnelle
Arrêt de travail en France lié au syndrome de l’intestin irritable (ou colopathie fonctionnelle) Fréquence en France du syndrome de l’intestin irritable (ou colopathie fonctionnelle) Altération qualité de vie et sexualité au cours du syndrome de l’intestin irritable (ou colopathie fonctionnelle) Coûts direct liés à la prise en charge du syndrome de l’intestin irritable (ou colopathie fonctionnelle)

COLOPATHIE

MEDICAMENTS

Généralités sur les traitements

Il n'existe pas de traitement de référence incontestable au cours du SII. Aucun traitement ne guérit la maladie. Le but des traitements est de diminuer la fréquence et l'intensité des symptômes (la disparition complète des symptômes est rare). On ne peut pas prédire l'efficacité d'un traitement chez un patient donné, le traitement doit être adapté au patient lors d'une consultation avec analyse des symptômes. Un traitement efficace à un moment donné peut perdre son effet transitoirement ou durablement. En pratique, on est donc souvent amené à essayer différents traitements chez un même patient. L'inefficacité d'un traitement n'est pas synonyme d'erreur diagnostique.

Pour les traitements en place depuis de nombreuses années, les études ont été réalisées avec des critères de qualité qui ne sont plus jugés suffisants aujourd'hui.
"Effet placebo", "critères d'efficacité d'un traitement", "randomisation"... certains termes sont utiles pour comprendre la valeur d'un message concernant l'efficacité d'un traitement selon les critères actuels : voir le glossaire de la recherche.

Traitement médicamenteux des douleurs

Antispasmodiques : leur utilisation est basée sur l'existence de troubles moteurs au cours du SII. Il en existe différentes classes thérapeutiques avec des mécanismes d'action différents. Il existe des traitements d'entretien pris une ou plusieurs fois par jour pour éviter une crise douloureuse ou diminuer sa fréquence ou son intensité. Il existe également des traitements d'action rapide que l'on peut prendre ponctuellement lors d'un accès douloureux pour diminuer leur intensité. Les antispasmodiques sont les traitements utilisés en première intention en France.

Pansements intestinaux et argile : chez les patients souffrant de SII avec constipation, ils améliorent les ballonnements et les douleurs abdominales.

Antidépresseurs : en France, ils sont utilisés en deuxième intention à des doses inférieures à celles utilisées pour le traitement de la dépression. Leur mécanisme est une action sur l'hypersensibilité du tube digestif en agissant sur le système nerveux au niveau du tube digestif, de la moelle épinière et/ou du cerveau. Ils peuvent être prescrits à des doses progressives en surveillant les effets secondaires pour les plus anciens, avec une action lente. Les antidépresseurs de classe thérapeutique plus récente sont également utilisés dans le SII notamment aux Etats-Unis.

Antibiotiques : leur utilisation est basée sur le rôle éventuel des bactéries du tube digestif sur les symptômes. Ils peuvent être utilisés sous forme de cure d'une dizaine de jours avec un effet sur les ballonnements et sur les gaz. Il s'agit le plus souvent d'antibiotiques non absorbés par le tube digestif; certains ne sont pas disponibles en France en 2011.

Probiotiques : les probiotiques sont des microorganismes, bactéries ou levures, qui exercent après ingestion en quantité suffisante, un effet bénéfique sur la santé. L'efficacité est variable suivant le type de bactéries, la souche, la quantité et le mode d'administration utilisés. Ces traitements ne sont pas remboursés et le plus souvent ne sont pas disponibles sous la forme qui a pu parfois avoir une efficacité démontrée.

Ducrotte P. Options thérapeutiques médicamenteuses et diététiques actuelles. Gastroenterol Cln Biol 2009, 33,  Suppl 1:S68-78

Le SII et les probiotiques, Pr G. Gourcerol, Rouen (accès réservé aux adhérents)

Traitements médicamenteux des troubles du transit

Les anomalies du transit doivent également être corrigés car ils sont source d'inconfort et d'altération de la qualité de vie.

La constipation : des laxatifs peuvent être pris en utilisant des laxatifs non irritants. L'utilisation des laxatifs irritants doit être très limitée et sous contrôle médical.

La diarrhée : la diarrhée peut être traitée par une utilisation prudente des ralentisseurs du transit intestinal.

Ducrotte P. Options thérapeutiques médicamenteuses et diététiques actuelles. Gastroenterol Cln Biol 2009, 33,  Suppl 1:S68-78

Les nouveaux traitements, Dr P. Jouët, Boulogne-Billancourt (accès réservé aux adhérents)

 Parution : samedi 16 avril 2011 • Mise à jour : lundi 16 janvier 2017