Logo de l’APSSII (association de patients souffrant du syndrome intestin irritable) ou colopathie fonctionnelle
Appel aux mécènes Fréquence en France du syndrome de l’intestin irritable (ou colopathie fonctionnelle) Arrêt de travail en France lié au syndrome de l’intestin irritable (ou colopathie fonctionnelle) Impact de l'alimentation sur les symptômes de syndrome de l'intestin irritable Altération qualité de vie et sexualité au cours du syndrome de l’intestin irritable (ou colopathie fonctionnelle) Coûts direct liés à la prise en charge du syndrome de l’intestin irritable (ou colopathie fonctionnelle)

RECHERCHE

RECHERCHE POUR LES PATIENTS

Introduction

Pour permettre une meilleure reconnaissance du « poids » de la maladie (retentissement sur la qualité de vie des patients, poids économique pour la société avec des couts directs et indirects) il est important que le plus grand nombre de patients participent aux études (qui sont pour l'instant souvent réalisées avec de faibles effectifs) et notamment aux études en ligne.

Il ne peut y avoir de progrès thérapeutiques reconnus par les autorités de santé, sans des études scientifiques de qualité. La faible reconnaissance de la pathologie par les autorités de santé tient aux traitements disponibles et à leur efficacité modeste mais également à la qualité souvent médiocre des études réalisées qui n'emporte pas leur adhésion.

Vous pourrez découvrir ci-dessous les études APSSII réalisées en ligne, à destination des souffrants, parfois aussi leur entourage et/ou pour les personnes fréquentant le site www.apssii.org. Les autres études, partenaires ou extérieures, sont mises gracieusement sur le site à titre informatif.

Etude de l'éthosuximide sur douleurs du SII (2018-2022)

Etude extérieure en cours

Titre complet de l'étude : Evaluation de l’efficacité de l’éthosuximide dans le traitement de la douleur abdominale liée au syndrome de l’intestin irritable.

Essai thérapeutique, multicentrique, randomisé, parallèle, en double aveugle, contrôlé versus placebo 

But : Evaluer l’efficacité thérapeutique et la tolérance de l’éthosuximide sur la douleur abdominale, la sévérité des symptômes et la qualité de vie des patients atteints d’un SII et notamment de l’effet antidouleur de cet antiépileptique sur les douleurs viscérales associées SII.

Voici les centres qui participent à l’étude : 

  • Bayonne : Centre Hospitalier (Dr Goutorbe), 
  • Bordeaux : Centre Hospitalier (Pr Zerbib),
  • Boulogne-Billancourt : Centre Hospitalier Ambroise Paré,
  • Clermont-Ferrand : Centre Hospitalier (Dr Dapoigny),
  • Colombes : Centre Hospitalier Louis Mourier (Dr Duboc), 
  • Lyon : Centre Hospitalier Hospices civils (Dr Roman),
  • Marseille : Centre Hospitalier (Dr Vitton),
  • Nice : Centre Hospitalier (Pr Piche),
  • Rennes : Centre Hospitalier (Dr Chambaz), 
  • Rouen : Centre Hospitalier (Dr Melchior),
  • Thiers : Centre Hospitalier (Dr Scanzi).

Etude multicentrique sur l'ostéopathie (2018-2022)

Etude partenaire en cours (jusqu'en mai 2022).

Etude multicentrique qui doit évaluer les effets de l'ostéopathie sur le SII.

Consulter les critères d'inclusion 

Centres experts qui participent :

- Hôpital Avicenne 93000 Bobigny 
Dr Bouchoucha tél 01.48.95.74.32

- Hôpital Louis Mourier 92700 Colombes
Pr Coffin tél 01.47.60.60.61

- Centre hospitalier Intercommunal 94010 Créteil                                                                Dr Hagege tél : 01.57.02.27.30

- Hôpital Edouard Herriot 69003 Lyon
Pr Mion tél 04.72.11.01.36

- Hôpital Archet 2  06200 Nice
Pr Piche tél 04.92.03.92.64

Les patients peuvent être inclus jusqu’à la fin du mois de février 2022 (+ compter 6 mois de suivi).

Si vous souhaitez participer à cette étude, merci de vous adresser aux centres qui pourront vous donner de plus amples informations.

Mécanismes de la douleur au cours du SII

Etude partenaire 2013 (à mettre dans Résultats d'études ?)

Etude sur les mécanismes de la douleur au cours du SII :

Des patients peuvent avoir une « sensibilisation centrale » qui correspond à une augmentation du ressenti des sensations douloureuses même en présence de stimulation de faible intensité. Ce phénomène pourrait concerner 2 patients sur 3 d’après les résultats d’études antérieures et pourrait peut-être permettre dans le futur d’orienter le choix du traitement.

Ce mécanisme peut être testé en mesurant les sensations ressenties lorsqu’on applique au niveau du bras une grille délivrant à la fois des sensations de chaleur et de froid.

Cette étude a été réalisée conjointement par : le service d’hépato-gastroentérologie de l’hôpital Louis Mourier (Dr Jouet et Pr Sabaté) et le centre anti-douleur et l’unité INSERM  « Physiopathologie et Pharmacologie de la Douleur » de l’hôpital Ambroise Paré (Boulogne-Billancourt). 

 Parution : samedi 16 avril 2011 • Mise à jour : lundi 25 avril 2022